​Marseille : de l'eau de mer pour se chauffer l'hiver | SOPSA Plomberie


vendredi, décembre 30, 2016

Marseille : de l'eau de mer pour se chauffer l'hiver | SOPSA Plomberie

Un nouveau réseau d'énergies renouvelables, qui utilise les calories présentes dans la Méditerranée, alimentera l'écoquartier Smartseille d'ici à quelques mois

Optimal Solutions, filiale de Dalkia (groupe EDF), va lancer, au printemps 2017, Massileo, un nouveau réseau d'énergies renouvelables intelligent au coeur d'Euroméditerranée 2.

Un réseau en pleine phase de test, qui est en construction sur le port de Marseille et sera relié à Smartseille, l'écoquartier réalisé par Eiffage d'une superficie de 2,7 hectares, comprenant bureaux, commerces, logements et hôtels. La finalité de ce nouveau réseau ? Approvisionner l'écoquartier en eau chaude sanitaire, chauffage et climatisation en utilisant l'énergie la plus renouvelable et locale possible, à savoir l'eau de mer.

Lorsque nous utilisons le chauffage par exemple, des calories froides, c'est-à-dire de l'air à basse température, est rejeté et vice-versa avec l'utilisation de la climatisation. Ces calories froides seront ainsi récupérées dans le local-source pour être utilisées ultérieurement dans les mêmes bâtiments. Mais le réseau consiste aussi et surtout à récupérer les calories, froides ou chaudes selon la saison, présentes dans l'eau de mer. Après récupération de ces calories, l'eau est rejetée plus loin dans le port afin d'éviter le recyclage d'eau, c'est-à-dire afin de ne pas récupérer l'eau dans laquelle les calories ont été prélevées précédemment et ce sans risque pour la faune et la flore.

À 4 m de profondeur

"L'eau de mer, pompée dans une zone littorale définie par 4 m de profondeur, passera par un échangeur thermique qui récupérera la chaleur de l'eau, qui sera ensuite convertie en température adéquate pour le chauffage, l'eau chaude sanitaire et la climatisation. Un concept infaillible, qui résiste aux pires situations de canicule en été par exemple, avec un vent défavorable", explique Charles-Antoine Raclet, l'ingénieur responsable du projet. Un réseau vertueux de 1,4 km de long relié à Smartseille, qui réduit les émissions de CO2 à 80 % par rapport à une solution énergétique issue des énergies fossiles. Pour être précis, 4 kWh sont restitués en chaud ou froid pour 1 kWh d'électricité consommée. Car Massileo fonctionne à l'électricité à 25 % quand il n'a plus d'autonomie.

Un réseau également évolutif, puisque le site situé sur le port maritime pourra contenir six échangeurs. Ce réseau est aussi intelligent, puisqu'il est autonome à 75 % et économique. "Cette solution exemplaire permet de répondre simultanément aux défis de la transition énergétique et de la maîtrise des coûts", assure Laure-Agnès Caradec, présidente d'Euroméditerranée. Un fonctionnement qui permettra donc d'alléger la facture d'électricité mais qui coûtera tout de même 28 millions d'€ à terme. Le coût s'explique notamment par des échangeurs en titane, seul matériau entièrement résistant à l'eau de mer.

Mais le jeu en vaut la chandelle et on espère que le réseau pourra être dupliqué sur toutes les villes côtières de la région Paca, comme le suggère la présidente d'Euroméditerranée.

Pour lire l’article complet par Charlotte Bernard.

Pour en savoir plus, contactez SOPSA Plomberie.